Accomodation

Il y a un mal profond, qui détruit l’enfant de Dieu. C’est quelque chose de très subtil, parfois inconscient ou banalisé, un peu comme le levain des pharisiens. C’est une terrible gangrène qui déplace le centre d’attachement de l’enfant de Dieu vers son confort personnel et la complaisance envers le monde. Nous en avons tous, au moins une fois, été victimes. Je veux parler de l’accommodation à ce monde. Chaque chrétien est instruit à ce sujet et sait qu’il ne doit pas être ami avec ce monde. Pourtant à bien y regarder, est-ce que le chrétien ne ressemble pas au monde qu’il prétend éclairer ?

Le diable recherche votre adoration

En lisant le premier chapitre de Daniel, à partir du verset 1, il est fait mention du roi de Babylone qui assiège Israël. Son arrogance, assimilée à celle de satan, le pousse à détourner les ustensiles du service sacerdotal dans la maison de son dieu. Cela indique non seulement la terrible colère du diable envers les enfants de Dieu, mentionnée dans Apocalypse, mais aussi sa soif d’adoration de la part des créatures de Dieu. N’est-ce en substance la proposition qu’il a faite à Jésus, lors de la tentation dans le désert (Lc 4)?

La ressemblance à ce monde

Le roi de Babylone assiégeant Juda, se propose en trois ans de former des jeunes gens à son service. Voici les critères pour sélectionner ses serviteurs :

Le roi donna l’ordre à Aschpenaz, chef de ses eunuques, d’amener quelques-uns des enfants d’Israël de race royale ou de famille noble, de jeunes garçons sans défaut corporel, beaux de figure, doués de sagesse, d’intelligence et d’instruction, capables de servir dans le palais du roi, et à qui l’on enseignerait les lettres et la langue des Chaldéens.

Artaxèxes a fait pareil avec Esther. C’est parce qu’elle était… belle (Est 2.2). Le roi babylonien a poussé son plan jusqu’au bout en nommant Daniel et ses amis de noms païens. Quand on sait que les noms ont une connotation spirituelle, liée au destin de la personne porteuse. Pareillement, dans les messages véhiculés par certains prédicateurs, beaucoup plus nombreux que les vrais serviteurs de Dieu, on retrouve les notions d’excellence à tout prix, de « leadership », de beauté, de connaissance académique, de background, de capital relationnel, de compétences. Il s’agit de faire du Chrétien un homme/femme semblable au non-croyant, un champion comme ils le disent.

Notre attitude face à la tentation de s’accommoder

Si les hommes te choisissent pour tout ce que tu as ou ce que tu représentes, Dieu veut te choisir pour ce qu’Il a fait, fait POUR toi et ce qu’il veut faire EN, PAR et AVEC toi, indépendamment de tes faiblesses ou de tes manquements.

C’est ce qu’a compris Esther en son temps, avec l’aide de Mardochée, qui a dû la reprendre pour qu’elle saisisse le message de Dieu : Et qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté ? (Est 13.14). De même Daniel prend position quand il choisit (avec ses amis) de ne pas se souiller par les mets du roi et par le vin dont le roi buvait, et il pria le chef des eunuques de ne pas l’obliger à se souiller. Dieu fit trouver à Daniel faveur et grâce devant le chef des eunuques. (Dan 1.8-9).

Mais bien des fois, tout comme la semence tombée en terre épineuse, les soucis et les plaisirs de cette vie, nous poussent à prendre des décisions en faveur de ce monde, de ses principes, à s’accommoder, même pour des causes justes ou bibliques! Cependant, l’obéissance vaudra toujours mieux que les sacrifices. Car le Père justifiera toujours Son enfant lorsqu’il choisit d’obéir à la Parole de Dieu, sans réserve.

C’est vrai que parfois, c’est très humiliant. David en était venu à supplier l’hospitalité dans certaines villes quand il fuyait Saul, le roi. Mais nous devons toujours choisir l’obéissance à Dieu face à la tentation de plus en plus forte dans cette vie (y compris dans le monde « chrétien »). Et quand bien même, il semblerait que Dieu ne délivre pas, comme dans le cas du meurtre d’Étienne, nous pouvons être rassurés que le Seigneur sait pourquoi. Aucune mort n’est inutile. Des Étienne-martyr produisent toujours des Saul-le persécuteur-qui-devint-Paul-l’-apôtre.

Gardez le cap face à toute adversité et défis de la vie. Les hommes parleront, les frères critiqueront toujours, les sœurs colporteront toujours, les aînés mépriseront toujours, les mondains se moqueront toujours, la tentation sera toujours là. Il en sera toujours ainsi. Comme David, ne vous souillez pas, coût que vaille.

Ce n’est pas négociable; il s’agit de votre vie.