Est-ce pour Moi que vous le faites?

70 ans!
Ainsi donc on peut vivre 70 ans dans une parfaite hypocrisie devant le Seigneur?
Ce qui relève de l’hypocrisie est clairement explicité dans le verset 5 de Zacharie. Alors que le peuple implore l’Éternel pour en savoir plus sur leur sort, voici la réponse que l’Éternel leur fait:

Parle à tout le peuple du pays, et aux sacrificateurs, disant: Quand vous avez jeûné et que vous vous êtes lamentés au cinquième et au septième mois, et cela pendant soixante-dix ans, est-ce réellement pour moi, pour moi, que vous avez jeûné?

Posons-nous alors les questions qui en valent la peine: « pourquoi je jeûne? Pourquoi j’exerce ces ministères? Pourquoi vais-je à l’église? Pourquoi tous ces sacrifices dans le service à Dieu? ». Arrêtez-vous un instant et examinez les motifs profonds de votre cœur. Il y a d’ailleurs une façon assez simple de le découvrir: la façon à laquelle vous traitez votre prochain. Si votre cœur est devenu le siège de vos amertumes et rancœurs ou si vous usez de malhonnêteté envers votre semblable, vous en savez un peu plus sur votre rapport avec Dieu.

Sachez-le bien, c’est à la mesure de votre amour pour votre prochain, celui que vous détestez tant, celui dont vous vous plaisez à ragoter, celui que vous méprisez, qu’est votre amour pour Dieu.

A la question du plus grand commandement, Jésus a répondu :Tu aimeras ton Dieu de tout ce que tu es. Et Il s’est empressé d’ajouter: voici un autre qui lui est semblable; tu aimeras ton prochain comme toi-même. Ainsi, Jacques réitérera ces propos en disant que l’on ne peut pas prétendre aimer Dieu qu’on ne voit pas, si on n’aime pas son prochain.

Bien-sûr, c’est difficile… En apparence. Car David nous dit que les commandements de Dieu ne sont pas pénibles. Alors, résolvez-vous à franchir le cap: pardonnez, tendez la main, ouvrez-vous, faites taire votre ego, offrez un sourire, apportez votre aide, donnez de votre temps! Ne médisez plus, ne rapportez plus, ne méditez plus le mal. Que votre seule motivation soit de manifester l’amour de Christ à votre prochain, en compassion, tout comme en justice et vérité. Bien-sûr, il ne s’agit pas d’être complaisant ou de taire le mensonge. Mais n’en ayez plus pour que la Vérité.

Alors vos prières, jeunes et autres services dans la maison du Dieu deviendront un doux parfum pour le Ciel. Dieu prendra plaisir à vous écouter chaque fois que vous fermerez la porte pour Lui parler. Et l’Admirable Conseiller ne se retiendra pas de vous prodiguer un précieux conseil sur votre vie et celles de ceux qui vous entourent.

N’oubliez pas: vous pouvez vivre toute une vie en revêtant les habits de « Chrétien » et en être exactement l’opposé. Puis le Seigneur vous couvrir de grâce pour que votre cœur soit un havre d’amour et une pompe de grâce pour les autres.