La colère de Dieu face à Uzza

Le cas d’Uzza est l’exemple même de la méconnaissance de la Parole de Dieu. On peut croire que Dieu est colérique et pourtant… Le Seigneur connaît nos cœurs. Il ne va jamais « trop nous punir » ou manifester un caractère humain. Il n’est pas colérique ou tyrannique. Il dit même qu’Il est « doux et humble de cœur » (Mt 11.29). Je disais aux jeunes de mon assemblée : « on n’a pas à être amoureux de Dieu; on a à L’adorer« . Donc, ne prêtons pas à Dieu, les sentiments humains. Au contraire, connaissons Sa Parole, elle nous éclairera.

Dans cette histoire, Dieu a dit à Moise et donc au peuple, par la bouche d’Aaron et des futurs sacrificateurs : (je paraphrase) « Tu ne feras approcher rien d’impur devant l’arche« . Savoir que Dieu est trois fois saint est le B.A BA que chaque enfant d’Israël était censé savoir. Même les nations à côté le savaient. Que savons-nous de sa vie antérieure ? Était-il agréable à Dieu ? De toute façon, seuls les sacrificateurs avaient le droit de s’approcher de l’arche de l’Éternel.

De plus, cela relevait d’un acte d’idolâtrie; car les idoles avaient constamment besoin d’être aidées pour se maintenir (Lire la description des idoles selon David dans les psaumes). Tu peux croire qu’il (Uzza) « aidait » les sacrificateurs à porter l’arche, mais mon interprétation est de croire qu’il avait une très mauvaise idée du Dieu, dont les cieux des cieux ne peuvent contenir la gloire.

L’obéissance ne vaut-elle pas mieux que les sacrifices ?

Même Saul, le premier roi, a voulu aider le peuple et Dieu en jouant le rôle de Samuel. Résultat, il fût déchu de la royauté et un esprit le tourmentait. C’est une image de ce que nous faisons aujourd’hui : les pasteurs veulent « aider » Dieu. On ne laisse plus l’Esprit de Dieu nous conduire. Nous avons nos méthodes, qui paraissent pieuses et avec de bonnes intentions, mais seulement la relation avec Dieu n’a rien avoir avec les « bonnes intentions ». Par ces actes (la colère sur Uzza) et bien d’autres (la terre qui avale un hébreu), le Seigneur déployait Sa sainteté. On pourrait aussi Lui reprocher de n’avoir pas attendu trois fautes de la part d’Adam avant de le chasser du jardin. C’est pourquoi tous ces pasteurs et responsables Chrétiens n’auront aucune excuse devant Dieu, s’ils ont persisté dans la voie perverse.

Est-ce à dire que Dieu ne pardonne pas ? Non! Il est lent à la colère te riche en bonté. Cependant, il semble qu’il y a des domaines où les péchés commis portent atteinte à Sa nature intrinsèque. C’est aussi à mon sens l’explication du péché impardonnable. Je crois que Dieu, pas ce genre de cas, veut restaurer la « crainte de l’Éternel », qui hélas, n’est que vaguement prêché aujourd’hui. Il ne s’agit pas d’avoir peur, mais de considérer la grandeur de Celui qui est! Dieu est Saint et comprenons-Le une bonne fois pour toutes!