Le brisement [inHisgrace! – Oct-Nov 2013]

Aïe !

Qui n’a pas laissé échapper ce cri de douleur – à vrai dire, beaucoup plus – quand il a subi ses premiers échecs à l’école ou à l’annonce de la perte d’un proche? Le refus de l’être aimé et tant désiré pour une éventuelle vie de couple, a souvent été propice à une lente agonie dans nos cœurs et nous a laissé bien des séquelles qu’on a plus ou moins du mal à effacer. Quid de longues périodes de chômage, des attentes ministérielles pour servir Dieu, des corrections divines, des problèmes relationnels, des injustices maintes fois subies au nom du Seigneur ?

Eh oui, nous avons tous vécu ces moments difficiles, si ce n’est que nous les traversons encore. Alors bien-sûr, nous connaissons que le Saint-Esprit est notre Consolateur (Jean 14.26), mais honnête est de reconnaitre que devant Lui, nous passons plus le temps à pleurer – ce qui est tout à fait légitime – à nous mortifier davantage en nous rappelant ces douleurs et à (presque) L’en vouloir de nous avoir fait passer par ces chemins tortueux.

Et pourtant, Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde (33.14), comme disait Elihu, un ami de Job (je ne connais pas plus souffreteux et humilié que Job, dans la Bible)…

Permets-moi de te suggérer les articles de cette édition d’iHg! pour t’apercevoir que le brisement recèle d’immense bienfaits. Si, si, tu as bien lu, des bienfaits…

Téléchargez le lien gratuitement en cliquant ici.