Télécharger inHisgrace! | Chrétien et Mariage Facebook | YouTube | Twitter
Audio   Thèmes   Evangile   Blog

David, un homme selon le coeur de Dieu

par Sergeobee, 2016-10-11 12:00:00

Quand enfin, Dieu délivre Son peuple de l'esclavage de l'Egypte et le regroupe en plein désert, Il leur parle solennellement au travers du décalogue (les 10 commandements) et se présente comme « l'Eternel, ton Dieu, … un *Dieu jaloux, qui visite l'iniquité des pères sur les fils, sur la troisième et sur la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui use de BONTE envers des milliers de ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements» (Ex 20.2-5). Et tout au long de la marche avec Son peuple, Il leur rappelle qu'Il est « lent à la colère et riche en bonté ». A tel point que cela devient Son signe distinctif. A chaque éloignement d'Israël, Dieu envoie Ses messagers, leur parle de colère, de punition, mais au bout leur promet le pardon, la miséricorde et la bénédiction s'ils se repentent. D'ailleurs, ils en font un hymne qu'ils reprennent à tue-tête au cours de leurs marches, leurs exils successifs, leurs déportations, leurs malheurs et leurs miraculeuses victoires face à des ennemis plus grands en nombre et en équipement (Ps 118). Quand ils prient, tout en se sachant coupables, ils en appellent à ce qui est le coeur de Dieu pour qu'Il les exauce, en te tenant pas compte de leur faute: Sa miséricorde et Sa bonté. David Wilkerson explique par exemple, que Dieu s'en est pris à Moise lors de l'épisode du rocher frappé car Moise avait failli à un moment donné, en ne présentant pas Dieu au peuple, dans Sa véritable nature de Dieu miséricordieux. Ainsi, Dieu se distingue particulièrement à cause de Sa bonté.

Si Moise et Samuel sont des références en tant qu'intercesseurs devant Dieu (Jérémie 15:1), David sera « l'homme selon le coeur de Dieu » (Ps 89.20). Et pour cause.

Très tôt, il est choisi par Dieu car sa vie va servir de message direct au peuple, au sujet de cet attribut divin qu'est la miséricorde de Dieu. Il y a d'abord eu la vengeance qu'il aurait pu effectuer quand par deux fois, il refuse de tuer le roi Saul alors que celui-ci n'en voulait qu'à sa mort. Ensuite, il y a le vaurien Schimeï qui l'insulte pendant son exil. Ses soldats le supplient de dire un mot et ils en finissent avec lui. Mais, David, grand seigneur même sans territoire, considère qu'avec Dieu, y a pas de hasard, c'est Dieu qui délivre, même quand « le mal atteint souvent le juste » (c'est bien de lui, non, ces versets ?). Et que dire de son fils Absalom, qui l'a maltraité ? Alors qu'il envoie son général Joab et les soldats, poursuivre ce dernier, il les instruit strictement de ne pas prendre sa vie. Et quand Joab le tue, David se mortifie de chagrin au point de subir les reproches de son armée, qui le traite de faible. C'est ce même David qui épargne Mephiboscheth alors que son père Saul en voulait à la vie du futur roi d'Israël, choisi par Dieu, via la bouche du prophète. Et que ce même Mephiboscheth convoitait le trône. Dans tous ces exemples, David manifeste le coeur de Dieu, celui de quelqu'un bien qu'ayant le droit de se venger, décide de pardonner, de faire miséricorde. Ce qui se comprend car celui qui a prémédité un meurtre juste pour assouvir ses penchants libidineux en violant une femme (vu qu'elle ne pouvait rien faire face à l'ordre du roi), apprend et grave dans son coeur un principe éternel, repris par l'auteur des Hébreux : « approchons-nous donc avec confiance du trône de la grâce, afin que nous recevions miséricorde et que nous trouvions grâce pour avoir du secours au moment opportun» (Héb 4.16).

Mais pourquoi Dieu le fait-Il ? Pourquoi pardonne-t-Il ? Pour notre satisfaction ? Pour en finir avec la culpabilité ? Pour nous faire sentir bien ? Oui, déjà. Mais surtout, afin que l'on Le craigne ! (Ps 130.4). Voyez-vous, le problème de Dieu n'est pas juste d'effacer l'acte de condamnation rédigé contre nous (Col 2.14) ; Christ a payé le prix, tout est accompli. Cette Chrétienté moderne qui considère que Dieu est une pompe à bénédictions, un psy gratuit, une formule pour obtenir des bonheurs terrestres, ne peut produire que des bébés spirituels, incapables de résister au moment des épreuves permises par le Seigneur Himself (Lam 3.38). La vocation céleste, la vie éternelle n'est rien d'autre que la poursuite de la vie même de Dieu ; pas Ses bienfaits (Jean 17.3). Et cela nécessite de comprendre que le problème de Dieu, ce qui a couté la vie de Son Fils, est de nous séparer de la domination du péché sous toutes ses formes, c.-à-d. soumettre notre volonté à la Sienne.

C'est en cela que le Christ disait à la femme adultère « va et ne pèche plus ». En d'autres termes, « mon pardon est gratuit, mais identifie que le péché te rendra esclave, ne t'y soumets plus ; Je t'aiderai». Et quand plus tard, elle revient avec le vase d'albâtre de grande valeur et le brise à Ses pieds, même sans parler, elle signifier son offrande, sa vie à la totale emprise du Seigneur. Comme l'ont fait Abel et son animal premier-né au début de l'humanité, Abraham et Isaac lors de l'épisode du Mont Moriah, Zachée et sa fortune après la visitation du Seigneur, Paul et ses privilèges romains et juifs, Matthieu et son poste convoité de collecteur d'impôts, Pierre et André et leur prise de poissons miraculeuse, David quand il verse l'eau de Jérusalem, si précieuse en ce lieu d'exil, alors que ses soldats viennent de traverser les zones de l'ennemi pour la lui apporter (oh, vaillants hommes de David, inconnus, humbles, loyaux, vous avez une place si particulière dans le coeur de Dieu et votre récompense sera grande), … Les exemples sont pléthore, mais le principe demeure le même : celui qui est touché par le pardon de Christ, identifie son péché, se repent, vend ce qu'Il possède, parfois ce qu'il a d'unique et de plus cher, perd sa vie (pour citer Luc) et Le suit.

Tel est le but de la bonté de Dieu.

Rien ne te coûte de baisser la tête et de dire au Seigneur qu'Il te pardonne pour tout esclavage au péché, qu'Il te soutienne et qu'Il te donne de voir le péché comme Il le voit et de le haïr profondément. Et qu'Il te permette de voir l'éclat de la gloire de la communion avec Lui.